SENATORIALES: MAURICE LAOUCHEZ PRECISE POURQUOI IL EST CANDIDAT…

| 21 août 2011

La « rumeur » bruissait depuis quelques semaines : Maurice Laouchez est officiellement candidat aux sénatoriales du mois prochain. Candidat « sans étiquette », il a démissionné de l’UMP-Martinique… Pourquoi ces deux décisions ? L’occasion d’en savoir plus avec l’intéressé


Pourquoi cette candidature ?

Sur les raisons de sa candidature, Maurice Laouchez pointe les « travers » inhérents à la conquête de pouvoirs : « L’idée de base c’est l’insatisfaction globale. Nous avons un certain nombre de problèmes qui se posent à la Martinique. J’ai eu le sentiment que la préparation de ces sénatoriales était complètement déconnectée de la réalité martiniquaise. C’est un jeu de partis, un jeu d’influences, entre des hommes qui détiennent déjà des pouvoirs, et l’impression que beaucoup de Martiniquais et moi avons eue, c’est qu’il s’agissait en réalité d’un vaste marchandage, incluant les élections législatives de l’an prochain et les élections à la collectivité unique en 2014. Si on arrive à m’expliquer quelles sont les politiques qui seront suivies par ceux qui ont déjà été désignés par les différents partis, ça me rendra service (sourire), parce qu’on n’a pas du tout l’impression que les Martiniquais et leurs soucis soient pris en considération dans tous ces marchandages-là. »

Pourquoi la démission de l’UMP ?

« Parce que je ne m’y sentais pas à l’aise. Aussi bien pour des raisons de fond, que des raisons de forme et de fonctionnement. Ca ne veut pas dire du tout que désormais j’ai des ennemis à l’UMP. Je garde les meilleures relations avec les gens de l’UMP, comme avec des gens du PS, du PPM, du MIM etc. » Et notre interlocuteur de préciser les raisons de son choix : « Sur le fond je constate qu’il n’y a pas véritablement un désir de changement. Il y a au sein de l’UMP-Martinique un grand nombre de personnes qui ont constamment voté ‘Non’ lors des trois consultations. En 2003 ils se sont opposés à la 1ère collectivité unique, le 10 janvier 2010, ils se sont naturellement opposés à l’article 74, et le 24 janvier suivant, ils se sont aussi opposés à la collectivité unique dans l’article 73. »

[Tout l’interview dans Antilla]

 

 

Tags: ,

Category: Actualité, Politique / Institutions

Commentaires terminés