« Sucre en excès »: Marie-Jeanne a plaidé pour la proposition de loi de Victorin Lurel

| 11 octobre 2011

Discours du député Alfred MARIE-JEANNE lors la discussion générale de la proposition de loi de Victorin LUREL

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Président,
Collègues de l’Assemblée,
Depuis 1997, l’obésité est considérée comme une maladie par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Elle peut provoquer hypertension, diabète, certains cancers à tel point que  les obèses ont une espérance de vie bien plus faible que ceux qui n’ont pas de surcharge pondérale.
Les recherches ont montré qu’elle est en hausse dans le monde entier et a doublé depuis 1980.

A cette date 5% des hommes et 8% des femmes étaient concernés.
En 2008, 10% des hommes et 14% des femmes sont diagnostiqués obèses.
« Sucre en exces »: MArie-Jeanne a plaidé pour la proposition de lo de Victorin Lurel
Selon les récentes statistiques internationales, les populations de 15 ans et plus, les plus touchées en 2007 sont :
Etats-Unis 34% – Mexique 30 % – Nouvelle Zélande 26,5 % – Grande-Bretagne 24 % – Australie 21,7 % – Pour la même période, la France est atteinte à hauteur de 10,5%

Traduisez ces pourcentages en chiffres de population, cela représente des millions et des millions de gens qui deviennent une perte sèche pour la consommation et une lourde charge pour la société toute entière. In fine, le bilan est triplement désastreux.

En Martinique , 22% de la population est considérée comme obèse, et 55,6% en surpoids et obèse.
Avec les outre-mer, nous faisons pratiquement partie du top 10. En conséquence: les maladies cardio-vasculaires représentent la première cause de mortalité et 65 % des martiniquais de 65 ans et plus sont hypertendus.

La prévalence du diabète traité est deux fois plus élevée qu’en France. Selon l’observatoire de la santé de la Martinique que je cite : » l’obésité,
l’hypertension artérielle et le diabète font désormais partie des problèmes de santé prioritaires des départements et territoires d’outre-mer ».

Notre mode de vie et de consommation a brutalement changé au point qu’un article du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire titrait déjà ceci en 2002 article du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire titrait déjà ceci en 2002 : « le diabète de type 2 dans les DOM-TOM, un effet pervers de la modernité ». Vu l’ampleur des dégâts et le retard pris, à moins de vouloir se cacher derrière son petit doigt, la lutte contre l’obésité doit être menée avec beaucoup plus d’acuité et de célérité, et ce, d’autant plus qu’en Martinique, 25 % des enfants de 5 à 14 ans, sont déjà en surpoids et obèses.

En ce sens la proposition de loi du député Victorin LUREL visant ni plus ni moins, et je cite :  » à prohiber la différence de taux de sucre entre la
composition des produits manufacturés et vendus dans les régions d’outremer et celle des mêmes produits vendus dans l’hexagone  », met l’accent sur un problème de santé réel.

En effet, il est scientifiquement prouvé, que l’organisme humain peut devenir dépendant au sucre comme il devient dépendant à l’alcool ou à la drogue. Il ne s’agit nullement de supprimer le sucre dans notre alimentation, mais son usage excessif.

Rappelons, qu’en France par exemple, la consommation de sucre était de 2 kg par an et par personne au début du 19ème siècle. Elle est aujourd’hui de 35 kg.

Aux Etats-Unis elle est plus de 50 Kg . Et ces chiffres peuvent doubler chez certains individus. Comment une population « shootée » au sucre, tellement elle en consomme, peut-elle s’en sortir si l’industrie agro-alimentaire ne se sent pas directement concernée ?

Se pose alors la question de savoir de quelle manière concrète l’impliquer Et c’est là le hic. Pour être véritablement efficace, encore faudrait-il que la loi tienne compte de l’origine éparse des approvisionnements et de la taille des producteurs. Ce qui pour l’instant est matériellement impossible.
En effet : Quelle attitude adopter envers les produits importés de l’étranger ? Quel sort réserver à la petite entreprise martiniquaise ?
Et dans ce cas précis, Il faudrait une concertation beaucoup plus approfondie avec les intéressés. Il faudrait une période de transition pour la modification des nouvelles recettes de fabrication. Il faudrait une aide financière circonstanciée.

Dans ces conditions, cette proposition de loi est une amorce. Il faut savoir aussi que, si l’excès de consommation des produits sucrés est une des causes de l’explosion de l’épidémie de l’obésité et du surpoids, d’autres facteurs y contribuent également comme, une alimentation riche  en graisses, pauvre en vitamines et minéraux…

A cela s’ajoute, un manque d’activité physique notoire. A cet égard, des mesures ont déjà été édictées au travers de divers Chartes, programmes et autres plans émanant tant de l’Organisation Mondiale de la Santé, que de l’Union Européenne et de la France.

Concernant la Martinique, Une enquête datant de 1980-1981 portant sur l’état nutritionnel et les habitudes alimentaires des martiniquais est restée sans lendemain.

Une deuxième enquête dite ESCAL intervient 25 ans après. Entre temps, et en l’absence de tout suivi, les habitudes alimentaires ont été forcément modifiées, ce qui explique en partie la dégradation de la situation constatée actuellement.

Constatons aussi que le premier Programme National Nutrition Santé (2001-2005) élaboré pour la France est resté sans effet notable.

Ce programme prévoyait parmi ses objectifs prioritaires :
L’augmentation de la consommation de fruits et de légumes,
L’augmentation de la consommation de calcium
La réduction des apports lipidiques
La réduction de la consommation des sucres simples
L’augmentation de l’activité physique

Le deuxième programme (2006-2010) s’est terminé là encore sans atteindre les objectifs fixés. Le manque de résultat probant a conduit le Président de la République à déclarer dès 2009,  »l’équilibre nutritionnel et la lutte contre l’obésité et le surpoids, grande cause nationale. » D’où la mise sur pied d’un troisième Plan National Nutrition Santé (2011- 2015) et le premier plan obésité (2010-2013). Cette fois-ci, il est enfin officiellement prévu la prise en considération de ces problèmes en outre-mer.

En conclusion, si nous sommes tous d’accord sur l’urgence qu’il y a à traiter les problèmes de l’obésité et du surpoids trop longtemps laissés en marge de nos préoccupations, cela implique l’engagement de tout un chacun et à tous les niveaux.

Il passe nécessairement par la qualité et les prix des produits alimentaires de base, et aussi par l’aide à nos petites entreprises pour leur permettre de se rénover et d’être au diapason.

Alfred MARIE-JEANNE
Paris le jeudi 6 octobre 2011

[Les mises en gras sont de la rédaction]

Category: Actualité, Economie/Syndicats

Commentaires terminés