Violences dans nos sociétés: Jean-José Alpha propose une grille de facteurs répérables…

| 30 octobre 2011

bjr, je crois nécessaire de partager ces éléments avec le plus grand nombre de votre réseau d’autant que la liste des facteurs décrits ci-dessous et provenant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)  sont aisément repérables dans nos sociétés antillaises. merci de votre attention  – J.J.ALPHA

Quels sont les principaux facteurs de risque de violence chez les jeunes ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les conditions favorables à l’usage de la violence
chez les jeunes, et chez bien des adultes de notre pays notamment, sont :

Facteurs individuels
Les principaux facteurs liés à la personnalité et au comportement que l’on peut associer à la
violence chez les jeunes sont les suivants :
– l’hyperactivité
– l’impulsivité
– une maîtrise insuffisante de soi
– des problèmes d’attention
– des antécédents de comportement agressif
– un faible niveau d’éducation.
Influence de la famille et des camarades
Le milieu familial joue un rôle fondamental dans le développement des comportements
violents chez les jeunes. Un certain nombre de facteurs familiaux s’associent à la violence des
adolescents:
– un encadrement insuffisant des enfants par les parents,
– des châtiments corporels durs pour discipliner les enfants,
– des conflits entre les parents pendant la petite enfance,
– un attachement insuffisant entre les parents et les enfants,
– une mère ayant eu son premier enfant trop jeune,
– la séparation ou le divorce des parents à un jeune âge,
– une faible cohésion de la famille,
– un niveau socio-économique faible.
On a également associé la violence chez les jeunes à la fréquentation de camarades délinquants.
Facteurs sociaux, politiques et culturels

  • – Les bandes et un approvisionnement local en armes à feu ou en drogues constituent un
  • puissant ferment de la violence chez les jeunes.
  • – La faiblesse des liens sociaux dans la communauté s’associe également à une fréquence
  • accrue de la violence des jeunes.
  • – L’administration du pays, sa législation et les moyens mis en oeuvre pour l’appliquer, ainsi
  • que sa politique sociale, ont un effet important sur la violence.
  • – Des facteurs comme l’inégalité des revenus, l’évolution rapide de la démographie dans les
  • populations jeunes et l’urbanisation ont été liés au développement de la violence chez les
  • jeunes.
  • – Les cultures qui ne proposent pas de solutions non violentes pour résoudre les conflits semblent connaître une fréquence plus élevée de la violence chez les jeunes.

Organisation mondiale de la santé
http//www.who.int/violence_injury_prevention
violenceprevention@who.int

Category: Actualité, Culture/Société/Caraïbe/Kreyol

Commentaires terminés