Le LKP condamne les propos « honteux » d’une déclaration du Congrès des élus de Guadeloupe

| 7 novembre 2011

Communiqué de presse  de Elie DOMOTA (LKP) relatif à la réunion du congrès des Élus.Une réunion du Congrès des élus qui semble avoir stigmatisé le JKP…

Une manifestation du LKP (Affaire Jacques Bino)-- photo du site du LKP…

« Des Propos honteux et méprisants »

Le lundi 7 Novembre se tient un congrès des élus régionaux et départementaux sur le thème de la violence et de l’insécurité. Nous avons parcouru la synthèse du rapport préliminaire servant de document de travail aux élus.
Dans ce document honteux et particulièrement méprisant, le LKP est nommément  désigné comme la principale cause de la violence et de l’insécurité en Guadeloupe.
Edifiant ! Ce qui suit est la contribution, validée par le Conseil Général et Régional, d’Errol Nuissier, psychologue expert auprès de la cour d’appel de Basse-Terre :
« Il nous semble que le mouvement social du premier trimestre de 2009 (mouvement LKP) de part son jusqu’au boutisme, ses slogans et surtout son incapacité  à participer à la vie publique pour faire des propositions et participer à l’évolution des choses, a exacerbé d’une part la souffrance des relations interpersonnelles déjà présente dans le pays, a augmenté les incertitudes et les angoisses des populations les plus fragiles, a accru le mépris de nous-mêmes, a exacerbé le racisme et la xénophobie et au-delà de tout cela, a légitimé la libération sans contrainte, ni culpabilité, de la  pulsion de destruction présente chez tout être humain normalement constitué. En effet, il nous a appris à nous haïr nous-mêmes, à cracher sur nos élus, sur nos chefs d’entreprise, sur les gens qui sont représentatifs de ce pays et à défier tout ce qui venait de la France. »
L’Etat avait très tôt rendu LKP responsable de tout.

C’est maintenant au tour de Victorin LUREL et Jacques GILLOT de sonner une nouvelle charge et de rendre LKP directement responsable de la violence et de l’insécurité en Guadeloupe ; en s’appuyant sur les propos du larbin de service.

Leur alliance avec l’Etat (par l’entremise de Marie Luce PENCHARD) ayant échoué à éradiquer le LKP, ces deux présidents de collectivités (par ailleurs parlementaires) choisissent la voie de la provocation et de l’insulte à l’adresse des Travailleurs et du Peuple Guadeloupéen.

Plutôt que d’affronter la réalité : leur inconséquence et leur incompétence à mettre en œuvre un véritable projet de développement économique et social pour la Guadeloupe et les Guadeloupéens.
Ce triumvirat (Lurel-Gillot-Penchard) espère ainsi faire oublier sa décision, prise d’un commun accord : de mettre un terme aux négociations, de ne plus réunir la commission de suivi des accords conclus avec le LKP et surtout de n’appliquer aucun engagement du protocole du 4 mars ; notamment les points relatifs au plan d’urgence pour l’insertion et la formation des jeunes, l’arrêt des discriminations à l’embauche, l’accès des cadres guadeloupéens aux postes à responsabilité, les mesures relatives à la baisse des prix et à l’amélioration du pouvoir d’achat.
En définitive, faire oublier leur choix de placer encore plus ce pays sous le joug des pwofitan.
LKP condamne fermement ces propos obscènes à visée électoraliste (élèksyon ka vinn) dont le but est de maintenir les travailleurs et le Peuple de Guadeloupe dans l’ignorance, l’auto dénigrement et l’aplaventrisme.
N’en déplaise à tous ces réactionnaires, LKP a pleine autorité et légitimité pour continuer à combattre la pwofitasyon capitaliste et la domination coloniale. C’est aussi une référence à laquelle les luttes et les soulèvements qui se multiplient toupatou asi latè  ressemblent tant dans la forme que dans le fond.
Nous l’avons compris, il s’agit donc d’une opération de désinformation feignant d’ignorer que violence et insécurité interviennent dans une société frappée par un chômage de masse et une précarité galopante.

Il s’agit aussi d’une entreprise visant à criminaliser et à diaboliser le mouvement social ; dans le but de contenir les travailleurs et le peuple de Guadeloupe, de décourager les indécis, et d’annihiler toute envie de redescendre dans la rue.
NOU PÉKÉ FÈ DÈYÈ ! LKP continue de porter les revendications qui bouillonnent en Guadeloupe et appelle les Travailleurs, les Jeunes et le Peuple à s’engager dans une large mobilisation pou déchouké tout pwofitasyon !

Pou LIYANNAJ KONT PWOFITASYON

Elie DOMOTA
Lapwent,  07 Novanm 2011

Tags: , , ,

Category: Culture/Société/Caraïbe/Kreyol, Politique / Institutions

Commentaires terminés