Bâtir le Pays Martinique : Voyage en 1998, au début de l’histoire

| 1 décembre 2011

Voyage au début de l’histoire. Aujourd’hui, deux personalités de ce parti gèrent les budgets des fonds publics les plus importants de ce pays. Josette Manin, à la tête du Conseil général, doit ventiler les quelques 611 millions d’euros de cette collectivité. Pierre Samot dirige le budget de la riche Ville du Lamentin avec 90 millions d’euros. Il est aussi actuellement en responsabilité de la CACEM dont le budget annuel est de 167 milions d’euros (en 2009) ? En tout près de 900 millions d’euros , soit, pour les deux membres de BPM,  près de 3 fois plus que le budget du Conseil Régional (339 millions d’euros) et 4 fois et demie plus que le budget de la Ville capitale (environ 200 millons d’euros, mais beaucoup d’endettements). Des responsabilités budgétaires très importantes. Mais d’où vient «Bâtir le Pays Martinique» ? Dans ce pays à la mémoire, parfois si courte, nous vous proposons un voyage aux sources. Il s’agit du reportage effectué par Richard Loyant et publié dans ANtilla n° 802 du 16 octobre 1998, il y a donc 13 ans.

Bon voyage en 1998…

Le 11 octobre 1998, Pierre Samot et ses fidèles ont posé au Lamentin la première pierre du nouveau parti « Bâtir le Pays Martinique ». Un Comité provisoire de seize membres a été constitué pour préparer la Convention constitutive du mouvement prévue le 6 décembre prochain, et les grandes lignes de son programme ont été annoncées.  Présentation des fondations.

Le 6 décembre 1998

Le « poseur de briques » n’a jamais autant mérité ce surnom que lui ont donné ses adversaires pour tourner en dérision ses premiers succès électoraux. Car c’est bien en bâtisseur qu’est apparu Pierre Samot le dimanche 11 octobre dernier à la Maison de la Culture du Lamentin, en poseur des premières pierres du parti qu’il a décidé de créer dans la foulée de sa percée aux dernières régionales. Ce nouvel édifice devrait être inauguré le 6 décembre prochain, mais on sait maintenant à quoi il va ressembler.Le terrain sur lequel il s’élève est depuis longtemps connu, très exactement depuis la rupture de janvier dernier entre Pierre Samot et ses ex-camarades du Parti Communiste (PCM). Un emplacement rendu vacant en deux coups de pelleteuse électorale : le premier aux Régionales, lorsque la liste de Samot « Bâtir le Pays Martinique » a obtenu quatre sièges contre aucun à l’alliance de circonstance PCM-Modemas sous la bannière « Sanblé Matnik » ; le second aux municipales provoquées et largement emportées par le maire du Lamentin, le PCM ayant libéré l’espace en ne se présentant pas.

Les fondations sont sorties de terre à la même période, sur la base de la fédération informelle de partis et mouvements politiques qui ont permis à la liste « Bâtir » de faire son entrée au Conseil régional. Autour d’une ossature constituée par les militants des sections communistes fidèles à Samot sont notamment venus se greffer ceux du MUR de Ducos, du Mouvement Populaire Pilotin d’Auguste Armet, du MACIM foyalais de Camille Chauvet, d’Ecologie Urbaine de Louis Boutrin et Jean Belleterre, le Parti Radical de Gauche d’Albert Millard, mais aussi beaucoup de sans étiquettes, pour ne pas dire apolitiques, aux premiers rangs desquels figurent de nombreux jeunes du Lamentin et d’ailleurs. Restait à unir cet ensemble apparemment hétéroclite pour que la future maison « Bâtir le Pays Martinique » ne soit pas emportée au premier cyclone. Les statuts présentés le 11 octobre par le juriste Gérard Dorwling-Carter poursuivent cet objectif, avec des « comités locaux comme éléments de base de l’organisation de « Bâtir », mais surtout les « Fédérations d’actions » » permettant aux diverses composantes « de coexister avec les comités locaux, tels celui du Lamentin qui sera en force comme il ressort de l’adhésion populaire au projet et à la personne de Pierre Samot. » (Suite de l’article dans ANTILLA-Hebdo)

Les premiers « Bâtisseurs »

Un comité provisoire a été désigné afin de préparer la Convention constitutive du 6 décembre prochain. Il aura notamment pour mission de superviser et coordonner les rassemblements locaux, mettre en place l’organisation politique de la convention, et de mettre en place l’organisation matérielle de la convention.Voici la liste de ses membres : Pierre Samot (maire du Lamentin), Félicien Bourgeois, Frantz Lebon, Alfred Fortuné, Lucien Cilla, 1 MUR de Ducos (à désigner), Louis Boutrin (ECO URB : Ecologie Urbaine), Jean Belleterre (ECO URB), Albert Millard (Parti Radical de Gauche Mque), Daniel Arnaud (Parti Radical de Gauche Mque), Auguste Armet (MPP : Mouvement Populaire Pilotin), 1 MPP de Case-Pilote (à désigner), José Mirande, Camille Chauvet (MACIM), Catherine Conconne et Gérard Dorwling-Carter.

(Image de Une : inauguration en 2011 de l’Hôpital Mangot Vulcin)

 

Tags: , , ,

Category: Actualité, Politique / Institutions

Commentaires terminés