Epandage aérien : la réponse de Serge Letchimy au ‘taclage’ du MIM

| 30 octobre 2012

Selon un communiqué du MIM, transmis par Daniel Marie-Sainte, LUREL et LETCHIMY se seraient opposés à un amendement visant à interdire les épandages aériens de pesticides en outre-mer, présenté par un député français et soutenu par Jean-Philippe NILOR et Alfred MARIE-JEANNE. Evidemment ce tacle ne pouvait rester sans réponse. La voici telle que publiée dans Antilla.

  • « Le Président de Région et la majorité ont toujours indiqué que ce n’est pas seulement la méthode qui est à remettre en cause, mais le produit utilisé notamment « le banole ». C’est en ce sens que la majorité et son Député – Président  se sont prononcés contre l’utilisation du produit (plénière de juillet 2012).
  • Dans  une lettre adressée à Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, en date du 8 octobre 2012, Serge Letchimy a exigé qu’une analyse soit faite par les instances sanitaires officielles françaises et européennes en charge de ces questions, et qu’un certificat d’innocuité viennent valider ou pas les positions déjà affirmées de certains médecins.
  • Il est facile (pour certains) de tenir des positions démagogiques en étant pour l’épandage aérien dans le secret des discussions, et contre, quand ils s’adressent au grand public.
  • Concernant, la proposition de M. François – Michel Lambert (écologiste), lors des débats du mercredi 10 octobre, à l’Assemblée Nationale,  elle a fait l’objet d’une réponse précise du Député-Président :  » En Martinique…., nous sommes majoritairement contre l’épandage aérien. Cependant, que celui-ci soit réalisé par avion, à dos d’homme ou sous la canopée de la banane, c’est surtout le Banole qui est en question. C’est le produit qui pose problème. Aujourd’hui, on a clairement opposé aux utilisateurs de ces produits l’urgence de trouver d’autres techniques et d’interdire l’utilisation du Banole… Je relève d’ailleurs une faute relativement grave : nous aurions déjà dû avoir les certifications de validation. Nous ne les avons pas eues alors qu’il y a urgence. Nous ne voterons pas cet amendement, sachant qu’en Martinique nous avons adopté une délibération afin de bien marquer que nous ne tolérons plus ni l’épandage aérien ni l’utilisation du Banole. « 
  • Toutes allusions fallacieuses n’est que pure polémique. En 2 ans, Serge Letchimy, Député – Président de Région a ouvert le débat sur l’épandage aérien à la Région, a affirmé sa position, a créé un groupe de travail afin de trouver  des solutions alternatives (produits et modes d’épandage), en tenant compte des 15 000 salariés directs et indirects concernés par ce dossier.
  • En 18 ans, l’ancienne équipe n’a été que le complice larvée de la pollution du pays, sans lever le petit doigt et sans jamais dénoncer quoi que ce soit, en allant jusqu’à donner des autorisations écrites pour la création de fermes photovoltaïques (Macouba, Basse – Pointe…) conduisant au sacrifice potentiel de 700 hectares de terrains agricoles.
  • Serge Letchimy et la majorité réaffirme donc ici leur opposition à l’épandage aérien et à l’utilisation du banole. n »

Tags:

Category: Actualité

About administrateur: View author profile.

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Sans être au coeur de cette affaire de « spécialistes », l’association que je préside L’ARBRE à VIE en comité restreint a discuté en encoutant premièrement, les vraies spécialistes, les écologiste!!? , les amoureux de notre belle Martinique et aussi ceux qui sautent sur chaque virgule pour nous faire une « sauce plitik- désagréable »; Bref nous considérons en fin de compte à L’ARBRE à VIE, sans association avec quelque soit le « courant » politique, que on ne peut être plus « NET », plus explicite et plus vraie, qu’à travers les explications portées par le Député-Président Monsieur Serge Letchimy.Finalement, un constat, la Martinique a besoin de gens désintéressés et à soixante trois ans, je crois bien que je vais oser franchir le cap aux service de mon ile,à bientôt pass ma ni osi démo kat parol à di san fè ladjè ek pèson lanvironaj pétèt bouzi nmwen, à bientôt citoyens!