UAG : comment le psdt sortant, Pascal Saffache, juge la nouvelle élue au Pôle Martinique de l’UAG, Corinne Mencé-Caster

| 7 décembre 2012

Pascal Saffache, interviewé dans Antilla 1534 du 15 nov. 2012, 

  « L’équipe avec laquelle j’ai commencé a implosé  en cours de route », nous apprend-il. Avant d’indiquer :  « Et je me suis vraiment recentré sur une personne qui  m’a beaucoup aidé et conseillé pendant ces deux dernières  années et demi, Corinne Mencé-Caster (directrice  de la Faculté des lettres et sciences humaines, ndr).

Sans  son regard sur certains dossiers, j’aurais été ‘dans le mur’  plusieurs fois. »

Et pourquoi cette équipe a-t-elle « implosée » ?

« Car elle était traversée d’ambitions contradictoires.  Comme le siège de l’UAG était en Guadeloupe et  que j’y passais 4 jours par semaine, j’ai pensé que c’était  plus simple de travailler avec une majorité de collègues  guadeloupéens.

Et dans l’équipe certains ont commencé  à avoir des ambitions présidentielles, dès la 1ère année.  Certains ont ainsi pris des libertés dans la gestion de certains  dossiers, par rapport à la ligne qu’on avait choisie,  etc. Quand je suis tombé malade, pendant 4 à 5 mois j’ai  dû laisser les rênes à mon 1er vice-président (de  l’époque, ndr). Je lui avais fait un arrêté pour gérer les affaires  courantes, mais il a commencé à faire de la politique…  Après mon opération, j’ai cessé de collaborer  avec cette équipe. » limpide : « Oui. »

Et, on ne peut parler de cette interview sans mentionner ici le résumé du bilan de Pascal Saffache, fait par lui-même   

 »     En conclusion, comment l’ancien président pourrait-il résumer son bilan ?

« Difficile et positif », glisset-il ; « difficile car ces années n’ont pas été faciles, et positif car j’ai beaucoup appris en tant qu’être humain.    J’ai énormément appris sur la nature humaine. En quatre ans j’ai pris 20 ans sur la nature humaine (sourire). J’ai    vraiment grandi là ; je sais ce que valent les hommes.Sur l’université maintenant, un bilan que je considère    somme toute assez positif, même si avec une équipe    plus soudée on aurait pu mieux faire. » Et que sera désormais    l’avenir personnel de Pascal Saffache ? « Je retournerai    à mes chères études. Je suis    enseignant-chercheur, je retournerai faire mes cours et    poursuivrai ma passion pour l’environnement », dit-il    dans un léger sourire ; « notez que je n’ai jamais imaginé    être un jour directeur de département, doyen, et encore    moins président d’université. On verra bien de quoi sera    fait demain. Il ne faut jamais forcer le destin, les choses    se font quand elles doivent se faire. C’est la meilleure    façon d’appréhender la vie. Comme ça on n’est jamais    déçu. »

Tags: , , ,

Category: Actualité, Enseignement/Education/Ecoles

Commentaires terminés