Manuel Pétricien a réussi la restructuration du volley-ball martiniquais

| 26 septembre 2013

Manuel Pétricien qui a redonné vie au volley-ball martiniquais s’attend à une  nouvelle saison pleine. Le président de la ligue de volley ball a donné des couleurs à une discipline en crise il y a deux saisons.

 

 

 

 

Liquidation du  volley-ball martiniquais à cause d’un déficit élevé et un comité directeur reparti sur de nouveaux rails avec en prime une participation à la coupe du monde  pour les séniors et un titre de champion de la caraïbe pour les juniors filles.

La crise c’est du passé. Manuel Pétricien connu pour son sérieux et ses qualités de bon gestionnaire a remis de l’ordre dans le volley-ball martiniquais en mettant au boulot toutes les bonnes volontés. Ceux ou celles qui avaient des doutes sur ces capacités à relancer le volley-ball martiniquais ne trainent plus les pieds. Ils collaborent avec Manuel Pétricien qui a de quoi être fier de son œuvre et de son coté rassembleur.

L’ancien président de la ligue de volley-ball, Joby Chanteur, qui aurait pu prendre la tète de l’opposition à travers un front anti Manuel Pétricien est rentré dans les rangs. Ce passionné de volley-ball n’a pas joué les rancuniers ou les aigris. Ne partageant pas certaines idées de la nouvelle ligue de volley-bal, Joby Chanteur aurait pu faire de l’obstruction avec sa fonction d’unique arbitre fédéral de l’ile. Il a donné un coup de main à la commission régionale des arbitres sans état d’âme. L’homme est toujours disponible pour former des arbitres, les recycler.

Un championnat de volley-ball féminin avec un favori l’Espoir de Sainte-Luce Après le challenge de la ligue de volley-ball de Martinique (Espoir de Sainte-Luce Rayon de Petite Anse tant chez les femmes que chez les hommes), place au championnat tant féminin que masculin. 13 équipes chez les femmes pour la première phase et 6 chez les hommes. On attend des progrès du Club Colonial cher à Clément Marajo qui avait connu un apprentissage difficile avec des 3 sets à 0 puis était parvenu à gagner des sets. Le Smatch Club de Ducos de Joby Chanteur a pour objectif de disputer le championnat de division excellence ou les places sont chères tout comme le RC Arlésien, le Star Ball regroupant des joueuses du François et du Saint-Esprit.

L’X de la nouvelle saison sera l’Aiglon du Lamentin champion de division d’honneur après avoir administrativement été rétrogradé pour un manque d’arbitres. Son bras de fer juridique avec la ligue de volley-ball de Martinique est rangé au rang de simple souvenir. Les lamentinoises reviennent avec des ambitions bien qu’elles aient montré leurs limites la saison dernière en coupe de Martinique face à l’Espoir de Sainte-Luce en s’inclinant en quart-de-finale 3 sets à 0. L’Espoir de Sainte-Luce sera encore favori du championnat féminin devant son éternel rival du Rayon de Petite Anse.

Les autres équipes telles que le Good Luck, l’Eveil des Trois-Ilets, l’Eclair de Rivière-Salée, l’US Riveraine sont certes volontaires mais elles manquent de compétitivité pour battre les deux ténors que sont l’Espoir de Sainte-Luce champion, vainqueur de la coupe de Martinique et le Rayon de Petite Anse finaliste malheureux du championnat et de la coupe. Les ansoises qui ont des jeunes filles prometteuses encadrées par des anciennes espèrent renverser la situation en leur faveur. Elles sont convaincues que le temps joue en leur faveur compte tenu de l’effectif vieillissant de leurs rivales lucéennes.

Le Rayon devra faire preuve de rigueur et emmagasiner de la confiance. Le Rayon a battu l’Espoir en phase de classement du championnat puis a perdu la finale sur le score sans appel de 3 sets à 0. On pensait que les ansoises se seraient rachetées en coupe de Martinique mais les lucéennes se sont montrées intraitables en gagnant encore 3 sets à 0. L’Espoir de Sainte-Luce, au collectif bien huilé ,mise sur ses joueuses expérimentées Soraya Yazza, Stéphanie Treffle, Célia Henry pour réaliser le doublé coupe et championnat. L’Espoir de Sainte-Luce qui domine le volley-ball féminin n’a toujours pas réussi cependant à conquérir le titre de champion féminin antillo-guyanais.

Plus de six ans de disette et cela fait mal. En mai dernier, l’Espoir de Sainte-Luce a été battu par le champion antillo-guyanais l’US Goyave de la Guadeloupe 3 sets à 0 puis a sauvé l’honneur en venant à bout de Matoury de la Guyane 3 sets à 2. VOLLEY. Championnat masculin plus ouvert avec 6 clubs L’équipe masculine de l’Espoir de Sainte-Luce qui a mis un terme à la domination arlésienne en volley-ball en s’octroyant le titre martiniquais a connu également des désillusions au tournoi des champions Antilles-Guyane.

Les lucéens qui disputaient pour la première fois de leur histoire cette compétition annuelle ne sont pas parvenus à détrôner les champions guyanais de Matoury. Un cinglant 3 sets à 0 face au club de Matoury de la Guyane qui a conservé son titre de champion antillo-guyanais après avoir corrigé également le champion de la Guadeloupe le club de l’US Goyave. L’Espoir de Sainte-Luce emmené par Eddy Salomon n’est pas revenu avec la cuillère de bois. Les lucéens ont défait Goyave 3 sets à 2. Le nouveau championnat de Martinique de volley-ball masculin comprendra six équipes. L’Espoir de Sainte-Luce cherchera à conserver son titre visé aussi par le Rayon de Petite-Anse qui a gagné la coupe de Martinique.

Au bourg des Anses d’Arlets ou on s’est réjoui de la déconvenue du rival le Rayon de Petite Anse qui a perdu le titre de champion au profit de l’Espoir de Sainte-Luce, on espère que cette saison sera meilleure pour le RC Arlésien. La direction du club le plus titré de l’ile a fait l’objet de critiques pour n’avoir pas préparé l’avenir en intégrant des jeunes. L’effectif du RCA est vieillissant. Et cette équipe a des carences pour prétendre rivaliser avec l’Espoir de Sainte-Luce, le Rayon de Petite-Anse tous les deux favoris du championnat masculin mais aussi deux outsiders aux dents longues le Good Luck et surtout l’Eveil des Trois-Ilets avec comme entraineur Eddy Erial qui a été sélectionneur du Team Martinique à la coupe du monde. Ce grand amateur de volley-ball a accepté le challenge iléen pour gagner des titres cette saison. La ligue de volley-ball joue à fond la politique d’ouverture vers la Caraïbe La sélection de Martinique juniors filles représentera à Port-Rico la Caraïbe au championnat de la NORCECA l’équivalent de la CONCACAF en football. Elle sera opposée à des équipes phares telles que les Etats-Unis, le Canada, le Mexique, le Honduras etc.

Un sacré plus pour cette sélection à ossature ansoise entrainée par les lucéennes Tania Villeronce, Célia Henry deux joueuses de volley-ball en activité qui avait décroché le titre de championne de la caraïbe en battant en finale à Sainte-Luce Trinidad et Tobago 3 sets à 2. La sélection sénior masculine n’est pas en sommeil après avoir été éliminée au deuxième tour de la coupe du monde de volley-ball au Surinam. Elle a été invitée à un tournoi international de la CASOVA l’instance caribéenne du volley-ball en juillet à Trinidad. Les meilleurs volleyeurs martiniquais peuvent se targuer d’avoir joué la coupe du monde avec l’aval de la tutelle la fédération française de volley-ball. Luc Edon.

Category: Actualité

Commentaires terminés